© 2019 par l'Amicale des Corses de Montpellier.

Documentaires - 2019

u Festivale di u filmu corsu in Montpellier

Les 4 documentaires sélectionnés pour l'édition 2019 vous permettent de découvrir des visages très différents de la Corse et de ceux qui y vivent. Nous tenions à montrer la Corse sous tous les angles : la Corse d'aujourd'hui et ses difficultés, la Corse d'autrefois fantasmée, la Corse contradictoire, la Corse moderne...

 

Alors que Pascal et Stephan Regoli nous font faire le tour de monde au son de la chanson corse la plus célèbre "Solenzara", porteuse de la nostalgie d'une plage rêvée, Jean Froment nous présente le travail des Forestiers Sapeurs, qui luttent au quotidien contre la dégradation d'une île à l'abandon. Jean-Louis Tognetti nous fait revivre, au travers des supporters, la folle année de GFCA en ligue 1 : plus qu'un film de football, c'est surtout l'occasion de constater le fossé qui se creuse entre un football mondialisé et aseptisé et un football populaire et sincère qui perdure au gazélec.

Enfin, Francescu Artily donne la parole à un jeune homme, qui après avoir purgé une peine de prison, veut construire sa vie sur la terre de ses ancêtres : un témoignage fort qui porte en lui, toute la vérité d'une Corse qui se tourne vers l'avenir.

Ces films documentaires possèdent tous les quatre, de véritables qualités esthétiques et de narration. 

Les flammes du Paradis

Réalisateur : Jean Froment

Année : 2018

Durée : 52 minutes

Langue : Français

Jean Froment, le réalisateur du film, nous présente la démarche qui l'a poussée à la réalisation de ce documentaire.

L’histoire des FORSAPS, les Forestiers-sapeurs de Corse, est intimement liée à l’évolution de la société insulaire. Créé au début des années 1970 par l’État, puis transféré aux deux départements, ce corps de métier vient pallier l’absence des hommes sur la terre.

Côtoyer ces professionnels, c’est se poser tant de questions… Aujourd’hui quelles sont les vulnérabilités de la forêt méditerranéenne ? Le feu a-t-il toujours existé ou n’est-il qu’une invention récente liée à la part de l’homme ? Y a-t-il plus d’incendies aujourd’hui que dans les siècles passés ? Est-ce que la nature peut exister sans les incendies ? Pourquoi ces feux sont‐ils aujourd’hui un problème ? Et depuis quand sont‐ils montrés, et donc perçus, par une large majorité comme tels ? Les incendies transforment maquis et forêts en champ de ruine, laissant derrière eux un paysage perçu comme désolé… mais est-ce irrémédiable ? Combien de temps cela prendra-t-il pour qu’il cicatrise ? Reverrons-nous un jour des mêmes arbres de même envergure ? En a-t-il toujours été ainsi ?…

L'odeur du gaz

Réalisateur : Jean-Louis Tognetti

Année : 2017

Durée : 68 minutes

Langue : Corse sous-titré en français

En mai 2015, le GFCA obtient, pour la première fois de son histoire, le droit de participer au championnat de Ligue 1 de football. Pendant toute la saison qui suivra, J-Louis Tognetti et ses caméras suivront les supporters du Gazélec dans les tribunes et autour du stade.

A partir de scènes saisies à la volée, le réalisateur nous plonge dans l'ambiance de Mezzavia, à des années-lumières du football moderne des élites, où l'argent-roi n'a plus laissé aucune place aux émotions gratuites et encore moins à l'imprévu. Et c'est là, l'objet réel de ce film, qui est tout sauf un film de "footeux" : nous laisser à voir, ce qui fait l'essence d'une passion populaire, les motivations d'hommes et femmes qui soutiennent une équipe aux moyens limités, où les joueurs comme les dirigeants sont accessibles.

Et même l'épilogue du film, déjà connu (la descente du GFCA en ligue 2 dès la fin de la saison) ne met pas un terme à cette passion, dont on devine qu'elle n'a pas attendu les astres du football professionnel pour exister.

 

On m'a donné la terre

Réalisateur : Francescu Artily

Année : 2018

Durée : 54 minutes

Langue : Français

Après avoir purgé une peine de prison pour terrorisme, un jeune homme rentre chez lui, en Corse. Son grand-père vient de décéder et lui laisse sa terre en héritage. Ce lieu agit comme le catalyseur d’un désir de changement de vie. La terre, périmètre de son enfance, devient son champ d'expérimentation pour prendre un nouveau départ.

Nous découvrons le quotidien de ce jeune homme qui se reconstruit en même temps qu'il construit. Le réalisateur a choisi de laisser le jeune homme s'adresser directement à nous.

A aucun moment, le film ne tombe dans le voyeurisme.

Solenzara

Réalisateur : Pascal et Stephan Regoli

Année : 2016

Durée : 52 minutes

Langue : Français et Corse sous-titré

Dans les années 60, la Corse s'ouvre au tourisme de masse.
L’île devient en Europe synonyme de vacances et de douceur de vivre. La chanson est née dans ce contexte.
Dominique Marfisi, exilé sur le continent pour travailler, comme bien des Corses , souffrait de cet éloignement. Inspiré par la nostalgie du moment, il a composé Solenzara.
Regina et Bruno sont les premiers interprètes de la chanson.
Enrico Macias, rapatrié d’Algérie, a vent du succès du duo corse.
La chanson s’inscrit alors dans l’histoire récente et douloureuse de ses compatriotes pieds-noirs, dans la thématique du paradis perdu.
Dans le sillage d’Enrico, des chanteurs du monde entier l’adaptent dans une quinzaine de langues.
A travers les différentes interprétations de Solenzara, le film nous invite à entendre la poésie populaire de ces peuples, une mosaïque de différentes nostalgies.